Vrai succès de la première journée Les bons réflexes

14 octobre 2019

Organisée le 8 octobre 2019 dans les locaux du SDMIS à Saint-Priest (69), la journée Les bons réflexes a réuni plus de 70 acteurs régionaux de la prévention des risques. Un an après le lancement de  la campagne d’information régionale sur les risques industriels majeurs, cet évènement au programme très complet a permis des échanges et un partage d'expériences très intéressants pour l'ensemble des parties prenantes.

Retours sur cette journée bien remplie à laquelle l’accident de Lubrizol survenu quelques jours auparavant et l’incendie d’un entrepôt au sein d’une pépinière d’entreprises, le matin même à Villeurbanne, ont donné une résonance particulière.

Cette journée a été introduite par le Colonel Eric COLLOT, directeur des moyens matériels du SDMIS, Jean-Luc DA PASSANO, vice-président de la Métropole de Lyon, Yannick Mathieu, Directeur adjoint de la DREAL et Emmanuelle DUBÉE, préfète déléguée à la défense et à la sécurité auprès du préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes. Un point presse a été organisé après cette introduction, avec les 8 journalistes présents.

Téléchargez le dossier de presse complet de cette journée

La journée s’est poursuivie avec la présentation des principaux résultats de l’enquête conduite au printemps 2019 par le cabinet BVA-Côté Clients, afin de mesurer l'impact de la campagne. 2315 personnes ont été interviewées dans l’ensemble des secteurs exposés de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il en ressort que la perception du risque industriel majeur est en progrès : plus d’une personne exposée sur deux en est consciente, même si la première préoccupation environnementale reste la pollution de l’air. Pour ce qui est de la campagne d’information, environ 1 résident sur 2 considère être correctement informé sur les risques d’accidents industriels dans sa commune, c’est 12 % de plus qu’en 2014 à l’issue de la précédente campagne. Les consignes réflexes sont également très bien mémorisées. Toutefois la reconnaissance de la sirène d’alerte est en recul et tombe en deçà de 50 %  ce qui appelle à une réflexion sur d’éventuels moyens complémentaires d’alerte à mobiliser. A cet égard, l’enquête révèle qu’une large majorité de personnes plébiscite une alerte par téléphone (notamment par SMS) en cas d’accident industriel ou nucléaire grave. Un sujet également soulevé par Jean-Luc Da Passano dès l’introduction , qui a pointé du doigt les limites du système actuel au vu des récents événements.

La matinée s’est poursuivie par la présentation du label les bons réflexes puis celle de nombreuses actions labellisées déployées dans la région au cours de l’année écoulée par Grenoble Alpes métropole, la métropole de Lyon, la ville de Grenoble, le syndicat Mixte de la plaine de l’Ain, l’Institut des Risques Majeurs et la compagnie Ephémère, (cf. dossier de presse de l’événement). Pour mémoire, ce label vise à identifier et mettre en valeur les actions de communication ou d’information préventive sur les risques mises en œuvre par les différentes parties prenantes de la campagne d’information. Au total, une vingtaine d’actions ont été labellisées depuis le lancement de la campagne.

Enfin, une table ronde sur la communication via les réseaux sociaux est venue clôturer cette journée, avec la participation de Yannick Mathieu, directeur adjoint DREAL, Patrick Pouchot de Vencorex Le Pont de Claix, Elodie Boileau de VISOV, Marianne Aran-Bernard et Nathalie Bonnefoy d’ORANO. Les témoignages très complémentaires ont bien montré qu’on était face à de nouveaux modes de communication et qu’il fallait s’y préparer, y compris en dehors des situations de crise.

Yannick Mathieu a conclu cette journée dense et riche de partage d’expériences en soulignant les nombreuses actions développées sur le territoire et en invitant l’ensemble des acteurs à continuer à relayer et à faire connaître les bons réflexes.